La solution la plus simple pour construire un sauna est de faire appel à une entreprise spécialisée. Elle sera chargée d’installer une oasis de bien-être clef en main conforme à vos attentes. C’est pratique… mais pose deux problèmes. Tout d’abord, un sauna réalisé à la maison sur mesure par un professionnel coûte les yeux de la tête. Et puis, au fond, pourquoi faire faire par un artisan ce que l’on peut faire soi-même si on est un peu bricoleur ?

Il peut-être utile de rappeler les bienfaits du sauna sur la santé. Il stimule la circulation sanguine et le système immunitaire, soulage les douleurs musculaires et permet d’éliminer les toxines. Et sous l’effet du bain de chaleur, le corps libère des endorphines qui vous détendent.

Comment fabriquer soi-même son propre sauna

Mais finalement, qu’est-il possible de réaliser soi-même et comment en arriver à son propre sauna ? Le sauna en kit se monte rapidement et s’adapte à la plupart des espaces intérieurs. Il s’agit d’une construction avec des cloisons préfabriquées. Comme pour une maison préfabriquée, elles composent d’une face extérieure et intérieure encadrant une couche d’isolant. Celle-ci est protégée par un film plastique résistant à la chaleur et à l’humidité : le pare-vapeur. Il empêchera l’humidité de se loger dans l’isolant ce qui provoquerait l’apparition de moisissures et de mauvaises odeurs. Le kit comprend le plus souvent également l’aménagement intérieur de la cabine et le poêle.

En soi, le montage est facile et identique chez la plupart des fabricants. Placez les éléments pour les cloisons sur le cadre de sol puis vissez l’ensemble, montez le toit et le cadre du toit, les plinthes puis la porte et voilà : le gros œuvre est déjà fini. Une fois les banquettes et le poêle en place, l’ensemble est terminé.

Si on travaille avec précision, même un débutant ne devrait pas rencontrer de problèmes particuliers. Ce montage n’est finalement pas plus compliqué que celui d’une armoire Ikea !

La surface nécessaire pour installer votre sauna

La condition préalable à l’installation d’un sauna – peu importe qu’il s’agisse d’un kit ou d’une construction noble en bois massif – est d’avoir suffisamment de place. Il est possible de faire rentrer une petite cabine de sauna dans une grande salle de bain. Mais l’espace sera très réduit si plus de deux personnes l’utilisent. Par utilisateur, il faut compter une surface intérieure de 1 à 1,5 mètre carré. S’ajoute à cela la place nécessaire pour sortir et rentrer dans le sauna et naturellement la place occupée par les cloisons.

Dans la plupart des cas, la cave ou le grenier sont les endroits les plus adaptés pour transpirer à domicile et rempliront les conditions nécessaires. La hauteur sous plafond doit être suffisante sinon la construction sera compliquée. Il faut également pouvoir créer une évacuation d’air, de préférence directement vers l’extérieur par une fenêtre dans la cave.

Et enfin, il faut un branchement électrique. On doit savoir dès le début quelle est la puissance nécessaire pour le poêle du sauna, afin de prévoir, selon les cas, un branchement monophasé de 230 volts ou un branchement triphasé de 400 volts. Par ailleurs, les câbles doivent être suffisamment sécurisés. Un électricien peut vous conseiller dans tous ces domaines.

Des accessoires pour plus de confort

Pour plus de confort, on peut, à n’importe quel moment, par exemple, ajouter une douche ou comble du luxe, un jacuzzi, un bassin de refroidissement. Pour ces équipements, des installations d’eau adaptées doivent exister. Vous apprécierez également beaucoup une chaise longue pour vous détendre. Ces installations ne sont pas indispensables : on peut aussi aller se refroidir dans la salle de bain et se reposer au salon ou dans la chambre.

Vous pouvez donc procéder par étapes : en premier construire le sauna sur mesure et puis se soucier ensuite de l’aménager plus confortablement. La condition sine qua non pour ces équipements reste la place disponible.

Construire un sauna en kit ou massif ?

Construire un sauna chez soi : le poêleLe sauna massif ou en bois massif est plus ambitieux pour le montage et plus cher à l’achat que le sauna en kit. Leurs murs ont une épaisseur de 40 à 55 mm de bois massif, parfois davantage. C’est la raison pour laquelle on l’appelle sauna massif. Ses cloisons ne contiennent pas d’isolation.

Les opinions divergent sur la chaleur dégagée dans ces différents types de sauna mais on transpire dans les deux ! La différence : les panneaux de bois épais du sauna en bois massif résistent et accumulent davantage de chaleur. Il faudra donc plus d’énergie pour le chauffage. C’est pourquoi il faut choisir un poêle plus puissant dans ce cas là que pour un sauna en kit. Au risque, sinon, de devoir attendre un peu avant de pouvoir en profiter.

Par contre le bois massif retient la chaleur plus longtemps que les lambris du sauna en kit. Et dans ce dernier, c’est l’inverse : on le chauffe vite mais la relative petite couche de bois devant l’isolation se refroidit rapidement. De plus, on reproche au sauna en kit de réverbérer la chaleur plus directement dans la pièce, ce que les partisans des saunas massifs apprécient.

L’avantage du sauna en kit est que sa construction est plus simple. D’autre part, il s’adapte plus facilement aux contraintes de l’espace, selon les plans ou la pente du toit. Dans ce domaine-là, les fabricants de saunas massifs doivent encore faire des progrès. Un autre avantage du sauna en kit : sa surface extérieure peut se composer de matériaux très différents. Il est envisageable d’utiliser des plaques de placoplâtre. Cela permet de carreler cette surface et de mieux intégrer la cabine dans la salle de bain.

Quand il n’y a absolument pas de place dans la maison

Vous ne disposez ni d’une grande salle de bains ni d’espace dans la cave ou sous les toits. Vous ne devez pas pour autant renoncer immédiatement au rêve de posséder un sauna. Enfin, tant qu’il y a un peu de place au jardin. Dans ces cas là vous avez toujours la possibilité de construire un sauna d’extérieur.

Cette tendance est forte en Finlande ou en Europe de l’Est alors pourquoi est-ce que cela ne fonctionnerait pas chez nous ? La plupart des spécialistes proposent des abris pour saunas d’extérieur ou des kits pour cela. Comme cette construction nécessite des fondations et doit résister aux intempéries, elle est plus ambitieuse et plus coûteuse qu’un sauna d’intérieur. Mais quoi de plus sympathique qu’un petit chalet dans le jardin pour en faire un sauna ?

Les bons matériaux pour construire un sauna

Peu importe le type de sauna, fabriqué soi-même ou acheté fini, le choix des essences de bois utilisées sera décisif pour la durée de vie et la fiabilité de votre sauna. Le bois traditionnellement utilisé pour l’intérieur des saunas en kit et pour les saunas massifs est un conifère des régions froides. Parmi ceux-là, on compte l’épicéa nordique ou la pruche du Canada : ces arbres poussent plus lentement dans les climats froids. Cela qui donne des anneaux annuels de croissance plus fins et donc un bois plus dense. On utilise aussi volontiers le douglas ou pin d’Oregon avec ces veines vivantes.

Construire un sauna : la banquetteLa plupart des bois ont des nœuds, le risque est particulièrement élevé chez l’épicéa. Les petits nœuds au cœur du bois ne posent généralement pas de problème mais les plus importants risquent de se trouer avec le temps. C’est pourquoi il faut veiller, lors de l’achat du bois, à choisir des planches sans nœuds. Si vous travaillez le bois vous-même et découvrez un gros nœud, enlevez-le à la perceuse et collez à la place une cheville ronde en bois.

Les tâches de résine constituent plus un problème esthétique que sanitaire. Elles sont surtout le signe que le fournisseur du bois n’a pas été suffisamment méticuleux dans ses recherches. Pour la construction d’un sauna, on utilise actuellement également du contreplaqué qui est le plus souvent fabriqué avec des conifères mais peut aussi se composer d’hêtre ou de bouleau. Cela peut être très séduisant pour les yeux mais donne une impression moins authentique que la construction en lattes ou des rondins de bois massifs. Vous pouvez également utiliser de telles plaques, à condition de veiller à ce qu’elles soient résistantes à l’eau.

Pour le couchage et les banquettes à l’intérieur du sauna, il faut absolument utiliser des bois tendres. Le bois poreux a une structure cellulaire isolante et ne transmet que peu de chaleur. Si on construit un banc de sauna en bois dur, on court le risque de se brûler. Généralement, on utilise des bois comme le peuplier, le tremble ou le sapin pour fabriquer les sièges à l’intérieur du sauna. Les caractéristiques de ces bois sont quasiment identiques pour la préparation comme pour l’utilisation. Vous pouvez donc faire votre choix sur des critères purement esthétiques.

Par contre, il faut absolument veiller à ce que les planches soient bien rabotées et sans échardes !

Banquettes, poignées et portes

Pour les banquettes, il vaut mieux, par sécurité, prévoir une charge de 200 kg par mètre carré. Ceci afin de convenir à tous les utilisateurs. Pour en faciliter le nettoyage, construisez l’aménagement intérieur de manière à pouvoir le démonter et l’extraire facilement. En dehors du bois, on n’utilise que peu d’autre matériaux pour la construction d’un sauna. En principe, toutes les parties susceptible d’entrer en contact avec la peau doivent être en bois ou dans un matériau peu conducteur de chaleur.

Construire un sauna : la porteParfois, on utilise aussi des portes, complètement ou pour partie, en verre. A l’inverse, il faut éviter le métal sauf pour le poêle. Il est particulièrement important de ne pas monter des poignées en métal à l’intérieur du sauna. Le risque de brûlure serait trop important ! Il existe pour la construction des saunas des poignées dont la partie extérieure est en métal et celle à l’intérieur en bois. Les deux parties sont thermiquement isolées l’une de l’autre. Ainsi on dispose à l’extérieur une poignée facile à nettoyer. Et à l’intérieur la poignée peut être manipuler sans se brûler lors de l’ouverture de la porte.

Les vis utilisées par exemple pour la fixation des lattes des banquettes et des sièges doivent résister à la rouille. Elles seront donc de préférence en inox. Inutile de signaler qu’elles doivent uniquement être fixées par dessous. Et donc du côté qui ne sera pas au contact des utilisateurs.

Et voilà comment on finit par posséder son propre sauna…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *