En impression 3D, il existe un élément incontournable dont dépend notamment la qualité finale de votre réalisation. Il s’agit des filaments, qui sont de plus en plus utilisés en raison de leur praticité et de leur qualité irréprochable. Vous en verrez de toutes les matières et de toutes les couleurs. Il y a par exemple les filaments PLA, ASA, ABS ou encore HIPS. Ils servent tous à l’impression des objets en 3D mais, pour être certain de trouver la meilleure qualité, il va falloir prendre en compte certaines caractéristiques techniques. Découvrez-les plus amplement à travers cet article.

Les différents types de filaments pour imprimantes 3D

Il existe de très nombreux types de bobine de filament pour imprimante 3d professionnelle.

Les filaments PLA

Les filaments PLA sont les plus utilisés par les particuliers en impression 3D puisqu’ils sont faciles d’emploi. Ces biomatériaux, constitués généralement d’amidon de maïs, ont un impact environnemental réduit. Pour imprimer le PLA, il faut une imprimante chauffant entre 180 et 220 °C. Il faudra ensuite appliquer de la colle ou du scotch de masquage bleu sur le plateau chauffant afin que le PLA puisse bien y adhérer.

Vous pouvez toutefois faire chauffer votre plateau d’impression à une température de 50 °C pour ne pas avoir à utiliser une aide à l’adhérence. Une fois l’impression terminée, n’hésitez pas à la poncer ou la recouvrir de résine pour éliminer les couches.

Par ailleurs, le PLA est adapté pour différentes applications dans l’impression 3D, telles que :

  • L’impression de décorations ;
  • L’impression d’objets finis ;
  • L’impression de prototypes ;
  • L’impression d’ustensiles ;
  • L’impression de pièces de modélisme.

Ce type de filament est conseillé aux débutants dans l’impression 3D en raison de sa facilité d’utilisation.

Les filaments ASAD

Imprimantes 3DLes filaments ASA ou Acrylonitrile Styrène Acrylate sont des thermoplastiques amorphes. Il s’agit d’un dérivé du pétrole. Ces filaments sont considérés comme étant des plastiques techniques puisqu’ils maintiennent leur apparence et leur résistance aux chocs. Pour imprimer en ASA, il est possible d’utiliser une imprimante 3D ouverte. Mais il est beaucoup plus conseillé de choisir une imprimante qui dispose d’une chambre fermée.

En effet, l’ASA est relativement sensible aux changements de température lors du processus de réalisation. Cela peut également diminuer les émissions de styrène. Aussi, l’idéal serait d’utiliser un ruban adhésif pour diminuer l’effet de gauchissement durant l’impression. Vous devez aussi disposer d’une bonne isolation électrique et thermique.

Par ailleurs, n’oubliez pas d’utiliser un ventilateur à couche minimale. Cela vous évitera des problèmes de fissuration et vous permettra d’avoir des pièces imprimées de bonne qualité.

Les filaments ABS

L’ABS est un thermoplastique conçu à partir de produits pétroliers. Lors de sa fusion, il dégage des fumées et des particules très nocives. C’est pourquoi il est conseillé de s’équiper d’un système d’évacuation de l’air vers l’extérieur ou de filtration de l’air.

Malgré les difficultés que peuvent apporter ces filaments pendant l’impression, ils demeurent très intéressants en raison de leurs atouts. Ils sont en effet très résistants aux chocs. En outre, il s’agit d’un plastique durable qui ne se dégrade pas facilement, quelles que soient les conditions.

Les filaments HIPS

Les filaments HIPS ou High Impact Polystyrene sont aussi parfaits pour l’impression 3D. Ils permettent d’imprimer des supports solubles avec une imprimante 3D qui dispose de 2 extrudeurs. Les HIPS s’utilisent avec les filaments ABS et se fondent dans du D-limonene, une solution à base de citron. La dissolution ne prend que quelques heures.

Pour ces types d’imprimantes à deux extrudeurs, le premier bouchon d’impression accueille l’ABS et le second, les filaments HIPS. Les filaments ABS vont imprimer le prototype. Les HIPS quant à eux imprimeront les structures de maintien ou de support. Après avoir fini l’impression, il ne restera plus qu’à plonger le prototype dans le solvant D-limonene. Cela permettra d’éliminer les parties imprimées en HIPS.

Principe des consommables pour imprimantes 3D

L’impression 3D fonctionne sur un procédé FCD qui signifie Fused Deposition Modeling. L’imprimante dépose de la matière grâce aux consommables qui, une fois superposés, vont créer une structure 3D solide. La fabrication de la structure se fait couche par couche, en allant de la base au sommet. Ce processus aboutit grâce au fichier 3D transféré à l’imprimante.

Autrement dit, un consommable sera déversé à partir d’une composition homogène d’éléments que sont le ciment, la cire, la résine et la matière plastique. Il s’ensuivra la superposition. Par ailleurs, la stéréolithographie est une autre technique d’impression 3D à prendre en compte. Ce procédé passe par la solidification d’une solution sensible à la lumière.

Quelques conseils pour bien choisir son filament

Lorsque vous souhaitez vous lancer dans l’impression 3D, vous devez bien entendu choisir une imprimante 3D. Mais il n’y a pas que cela ; il faudra aussi choisir son filament. En réalité, opter pour la bonne matière est une étape cruciale pour obtenir des impressions de bonne qualité. Sachez donc avant tout que le choix du filament dépendra de l’imprimante 3D que vous avez.

Chaque appareil possède ses spécificités. Pour cela, pensez à vérifier le diamètre du filament ainsi que le matériau de la buse d’impression. Pour les matériaux abrasifs, choisissez la buse en acier trempé. En ce qui concerne les matériaux corrosifs, la buse en acier inoxydable sera parfaite. Pour finir, n’oubliez pas de vérifier la température maximale de l’extrudeur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.